ORCHESTRA BAOBAB


img_9
ORCHESTRA BAOBAB
Star Band de Dakar, N°1 de Dakar & Orchestra Baobab…

On reste au Sénégal, mais on remonte dans le temps. Suite à l’explosion musicale issue de l’indépendance (que l’on retrouve partout en Afrique), un groupe se taille la part du lion, il s’agit des protégés de l’avisé Ibra Kasse (grand manitou de l’époque), j’ai nommé : le Star Band de Dakar. Véritable institution qui a vu passer dans ses rangs une bonne partie des légendes de la musique sénégalaise et dont les différentes scissions et ramifications donneront le jour à quelques uns des plus grands groupes de la musique Africaine (l’Orchestra Baobab, le N°1 de Dakar, l’Etoile de Dakar, l’Etoile 2000, le Super Etoile de Youssou Ndour, mais aussi Africando ou Los Afro-Salseros de Senegal…). On va essayer de résumer.

Au moment de l’indépendance se crée le Star Band de Dakar qui tout au long des années soixante verra passer bon nombre de musiciens. D’une première scission au début des années soixante-dix est né l’Orchestra Saf Manadem qui rapidement devient l’Orchestra Baobab (ou Orchestre du Bawobab, Baobab Gouye-Gui de Dakar et plus simplement le Baobab). On se remet au travail et nouvelle scission, cette fois ci les musiciens partants vont créer le Star Number One de Dakar (puis rapidement le N°1 de Dakar). L’aventure continue, sous l’impulsion des petits nouveaux, le groupe devient l’Etoile de Dakar jusqu’au jour ou le plus jeune des chanteurs prenne le pouvoir : ce qui nous donnera Youssou Ndour & le Super Etoile. Par la suite, sous l’impulsion d’Ibrahima Sylla (autre gourou de la production Ouest Africaine), une réunion de musiciens, dont des ex du Baobab et du N°1 donnent le jour à Africando, ce qui permettra certainement la reformation du Baobab à l’aube de l’an 2000.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire